À misurà i ghjorni è cuntà i passi lazzi

Ch'aghju frustatu à pressu à tè

À tene a memoria da u stazzu à u palazzu

Mi sò scialbatu à pressu à tè

Chì ne senti tù fratellu caru caru

Di u tazzu nentru à mè ?

Tù chì ne pensi amicu paru paru

Di u vezzu à collu à mè ?

Ùn avia ch’è una via pè andacci

Una vita

Una vita solu una vita pè campacci

Una via

Aghju intesu u fragu, i fischacci

Ch'è tù mai ùn voli tace

À perde a memoria è tuppalla

Pianu pianu di bambace

Chì fanale verde o rossu vedi

Quandu u locu l'ai in manu à tè ?

Chì stangaghju apertu o chjosu credi

Quandu in locu ti pensi ind'è tè ?

Ùn avia ch'è una via pè andacci

Una vita

Una vita solu una vita pè campacci

Una via

Cum'è un tempu di dumane

Chì si campa oghje è avà

A storia dice guasi vera a verità

Cum'è un oddiu di dumane

Chì si campa à tempu avà

A vita ella face soia a verità

D'una via.

Ghjuvanfrancescu Mattei / Fabrice Andreani

Un chemin

A force de compter les jours passés à te chercher

A force de chanter mes pas trop fatigués de vouloir te trouver

Pour conserver la Mémoire de la bergerie lorsque j’atteins les palais

Je me suis écorché, abîmé.


 

L’entends-tu mon cher frère

Cette fureur en mon être ?

Qu’en penses-tu mon ami si cher

De ce caprice qui m’enserre ?

Je n’avais qu’un chemin à emprunter

Une vie

Une vie seulement pour exister

Un chemin

J’ai entendu la clameur et les huées

Que jamais tu ne veux cesser

Jusqu’à perdre la mémoire et l’étouffer

Petit à petit, la calfeutrer
 

Quel phare éclaire tes pas

Lorsque tu es face à ce carrefour ?

Le portail est-il ouvert ou fermé

Lorsque tu penses être arrivé ?

Je n’avais qu’un chemin à emprunter

Une vie

Une vie seulement pour exister

Un chemin

Comme un instant d’avenir

Qui se cueille aujourd’hui et maintenant

L’histoire dit presque vraie la vérité

Qui juge odieuse l’idée même d’avenir

Qui se vit dès à présent

La vie, quant à elle, fait sienne la vérité

D’un chemin.

Traduction : Jacky Cardi

Sò di quelle vuciate

I ghjorni di tribbiera

È di quelle impruvisate

Quand'era tempu di fiera

Di la gioia zitellina

È li balli indiavulati

È u saltu di a spiscina

È li basgi arrubbati
 

Mi vene u dulore in pettu

Quandu s'affacca l'inguernu

Eiu ùn possu stammi chetu

Quandu t'aspettu in darnu

Soga lu monde mudernu

T'apre tanti orizonti

Ùn la manda à caternu

L'acqua di li sacrifonti

Veni è fatti un'arretta

Femuci una raggiunata

Chì a vita chì t'aspetta

Vogliu falla furtunata
 

Tandu piglierai e strade

Chì ti feranu ingrandà

Ma teni à mente e to radiche

È pò lasciami sperà

È pò lasciami sperà.

Henri Olmeta / Fabrice Andreani


 

Laisse-moi y croire

Je suis issu de ces voix

Clamées les jours de battage

De ces vers improvisés

Qui résonnaient les jours de fêtes

De la joie enfantine

Et de pas endiablés

Du ruissellement des cascades

Et de baisers volés

La tristesse me transperce le coeur

Dès que survient l’hiver

Et je me révolte et m’agite

Lorsque je t'attends en vain

Certes le monde aujourd'hui

T’offre mille horizons

Mais ne bannis pas de ta mémoire

Le socle de ton existence

Alors viens me retrouver

J'ai tant de choses à te dire

Car je veux que ta vie

Soit belle à en frémir

Et puis tu t’en iras,

Tu apprendras de tes voyages

Mais n'oublie jamais tes racines

Laisse-moi y croire

Laisse-moi y croire.

Traduction : Jacky Cardi

Quante chjarantane schjariscenu le notte

È sogni secreti d'asserinà

Quante vele sparte à circà li so porti

Sceglii la to stella, hè ghjunta l'ora, avà.

 

Arruba l'ore à lu tempu, è le stonde à la memoria

È porta 'ssu vascellu da mare in là

Dopu à la timpesta voca nant'un mare d'oliu

Franca li l'arcani di u campà, avà.

Avà

C'hè un mondu novu à inventà

Tante passione à sazià

Abbranca la to vita avà

È per li ghjorni di primura

Ghjè a sicurezza in le to mani

Chì dà à lu sole la spera

Per tutti li to lindumani

Per tutti li to lindumani

 

Lascia suminà da li venti e to voglie

Elle stamperanu la to storia

È sè trà i fiori colti, ùn ci n'hè trifoglii

Fà d'ogni scunfitta una vittoria, avà.

Avà

C'hè un mondu novu à inventà

Tante passione à sazià

Abbranca la to vita avà

 

È per li ghjorni di primura

Ghjè a sicurezza in le to mani

Chì dà à lu sole la spera

Per tutti li to lindumani

Per tutti li to lindumani

 

Quante vele sparte

Voglie suminate

Abbrancati la vita

Sceglii la to stella, hè ghjunta l'ora, avà.

Henri Olmeta / Fabrice Andreani

Désormais

 

Tant de clairs de lune viennent éclairer la nuit,

Tant de rêves secrets doivent être réalisés,

Tant de voiles déployées cherchent leurs ports,

Choisis ton étoile, l'heure est venue, maintenant.
 

Dérobe les heures au temps, et les souvenirs à la mémoire

Fais de ton voyage la plus belle des odyssées

Après la tempête, la mer redevient sereine

Franchis les mystères de la vie, maintenant.
 

Désormais

Un nouveau monde veut éclore

Et tant de passions être assouvies

Etreint ta vie sans attendre, désormais.
 

Et pour les jours de doutes

L’assurance de tes pas

Fera briller haut le soleil

Des lendemains qui chantent

Des lendemains qui chantent
 

Laisse le vent semer tes envies

Qui écriront ton histoire

Et si le bonheur n’est pas au rendez-vous

Fais de chaque défaite une victoire, maintenant.

Désormais

Un nouveau monde veut éclore

Et tant de passions être assouvies

Etreint ta vie sans attendre, désormais.

Et pour les jours de doutes

L’assurance de tes pas

Fera briller haut le soleil

Des lendemains qui chantent

Des lendemains qui chantent

Tant de voiles déployées

D'envies au vent semées

Etreint la vie très fort

L’heure est venue de suivre ton étoile, désormais.

Traduction : Jacky Cardi

Cumu hè a fiama

Ch’è tù voli purtà

È chì ne dice Mamma

Di u toiu l’andà

 

È ne voli dà lume

Quand’hè l’oscurità

Ci lascianu e piume

È ùn ci hè nunda à fà

 

O quant’ell’hè peccatu

Di vede la trimà

Ci ne taglia u fiatu

U soiu lu sperà

 

Adunì

U mondu chì move

È femu chì l’amore nove

Adunì

U mondu chì move

È demu ch’ùn l’anu ancu trove

 

Cumu hè a manu

Ch’è tù sai pisà

Ne dice l’umanu

Pè quantu forza ne hà

 

Ùn hè ch’è rispettu

È po sincerità

È po ti batte in pettu

L’altra via à signà

 

È quantu li ne dai

S’ella ne pò mancà

Quant’ellu ci n’hè guai

Pè a terra unità

 

Marc Ventura / Fabrice Andreani

 

 

Unir

 

Comment est cette flamme

Que tu veux porter

Et Maman qui réclame

Tes chemins où marcher

 

Tu veux donner la lumière

Quand vient l’obscurité

À ces plumes que l’on perd

Sans rien pouvoir changer

 

C’est avec grands regrets

Que je la vois trembler

Et le souffle se tait

De la voir tant espérer

 

Unir

Ce monde qui s’agite

Et faire de ce nouvel amour

Unir

Ce monde qui s’agite

Et donner pour le trouver un jour

 

Comment est cette main

Que tu sais élever

Elle dit de l’humain

Sa force retrouvée

 

Elle a tant de respect

Et tant de sincérité

Elle bat fort en secret

Cette voie empruntée

 

Tu lui as tant donné

Elle ne manquera de rien

Elle nous a tant peiné

Cette terre en commun 

Una brama di più

Guardu ghjelosu

U sole di mezanotte

Un pattone di più

Cum’è u bottu di l’acqua nant’à a teghja

Hè u mare chì vene

Cù e so mille racolte

È u portu chì para i marosuli forti

Hè l’avvene chì pichja

Cù i so centu culori

È a vita s’ingolle u so solu tesoru

Una casa di più

Contu ghjelosu

E chjave di e mo porte

Un marchjone di più

Cum’è u tangu chì s’inviglia a rosula
 

Hè u mare chì vene

Cù e so mille racolte

È u portu chì para i marosuli forti

Hè l’avvene chì pichja

Cù i so centu culori

È a vita s’ingolle u so solu tesoru

Hè u mare chì vene

Cù u so solu rimore

In un portu chì si crede

Di centu culori

Hè l’avvene chì pichja

Cù e so mani forte

È a vita e si piglia

Pè spalancà e porte

Ghjuvanfrancescu Mattei / Fabrice Andreani


 

Le soleil de minuit

Un désir ardent de plus

Je regarde jalousement

Le soleil de minuit

Une gifle de plus

Qui résonne comme l’averse sur les toits

C’est la mer qui déferle

Chargée de mille moissons

Et le port qui arrête les vagues immenses

C’est l’avenir qui cogne

Vêtu de cent couleurs

Et la vie qui engloutit son seul trésor

Une maison de plus

Je soupèse jalousement

Les clés de mes portes

Un verrou de plus

Qui ressemble à la rose enviant l’épine

C’est la mer qui déferle

Chargée de mille moissons

Et le port qui arrête les vagues immenses

C’est l’avenir qui cogne

Vêtu de cent couleurs

Et la vie qui engloutit son seul trésor

C’est la mer qui déferle

Chargée de sa simple clameur

En un port qui se croit paré

De cent couleurs

C’est l’avenir qui cogne

De ses solides mains

Et la vie les saisit

Pour ouvrir grand les portes

Traduction : Jacky Cardi

A luce ùn hè ancu pisata

U mare lascia affaccà

Ragii d’oru à sbaccunata

Chì invitanu à spaisà

U to matticciu mi rammenta

E malannate è po u stantu

A scrigna in u sulaghju lenta

E straziere di u mo pientu
 

Quandu chì l’alba dice digià

I frastorni di l’annuttà

Quandu chì l’alba dice digià

Ch’o parteraghju per ùn vultà

Chì l’aghju in la mente…

Ùn sò e lune à amparammi

Mancu e stelle à cantà

E libertà innacciarate

Ne e sciappulate à ballà

Seraghju stata troppu fieru

Per aghjumpammi è capicalà

Ai una giuventù altiera

È i mo sonnii à inventà

Quandu u tramontu dice digià

I sciali belli di u sveglià

Quandu u tramontu dice digià

Ch’o parteraghju senza vultà

Quandu u chjarore dice digià

E voce bone à ascultà

Quandu u chjarore dice digià

Ch’è tù mi ferai vultà

Chì t’aghju in la mente...

Ghjuvanfrancescu Mattei / Fabrice Andreani -

Nicolas Torracinta


Je t’ai dans la peau

Le jour n’est pas encore levé

La mer se laisse effleurer

Par des rayons d’or orgueilleux

Qui invitent à l’évasion

 

Ta roche feuilletée me rappelle

Mes malheurs et mes peines

La lézarde du plancher libère

Les tourments de mes sanglots

Lorsque l’aube prédit déjà

Que je partirai pour toujours

Car je l’ai dans la peau…

 

Ce ne sont ni les lunes ni les étoiles

Qui m’apprennent à chanter

Les libertés inaliénables

Ni les vagues à danser

 

J’ai probablement été trop fier

Pour courber l’échine et baisser la tête  

Tu abrites une jeunesse altière

Et mes rêves à inventer

 

Lorsque le crépuscule prédit déjà

Le bien-être du réveil

Lorsque le crépuscule prédit déjà

Que je partirai pour toujours

 

Lorsque l’aurore prédit déjà

Les voix éclairées qui s’élèvent

Lorsque l’aurore prédit déjà

Que pour toi je reviendrai

Car je t’ai dans la peau


Traduction : Jacky Cardi

À l’ore più crudele

Voli dà li a pace

Preferì li u mele

A gioia ch’ùn si tace
 

À issa manu ch’aiuta

À l’amore umanu

Ne cunnosci l’esciuta

N’aspetti u veranu
 

À st’altre cantilene

À e sperenze meie

Barrattà le e pene

Contr’à so chì rincheie
 

Un’altra storia, voli scrive

Un’antra storia

À le to rive, voli vive

Un’antra storia

Un’altra storia, voli vive

Un’antra storia

À le to rive, voli scrive

Un’antra storia
 

À l’ore più felice

Voli dà li un sensu

Ùn fà mai più nice

Sott’à u celu immensu
 

À e to vechje lotte

À so chì face male

Lasci corre a notte

A vita di più vale
 

À st’altre cantilene

À e sperenze meie

Barrattà le e pene

Contr’à so chì rincheie
 

Marc Ventura / Fabrice Andreani


 

Une autre histoire
 

À ces heures cruelles

Tu veux donner la paix

Préférer le miel

La joie qui ne se tait
 

À cette main tendue

À l’amour humain

Tu en connais l’issue

De ce printemps qui vient
 

À ces autres rengaines

À ces espoirs si forts

En échanger les peines

Contre un doux réconfort
 

Une autre histoire

Tu veux écrire

Une autre histoire

Sur tes rivages

Une autre histoire

Tu veux vivre

Une autre histoire

Une autre histoire…


À ces heures heureuses

Tu veux donner un sens

Ne plus faire semblant

Sous ce ciel immense

À tes vieilles luttes

À ce mal d’un adage

À la nuit où l’on chute

La vie vaut davantage 

 

U silenziu accampa a casa in la bughjura

Di li soli, di l'ore, ci n'hè poca primura

Longu hè statu u viaghju, cum'è a storia à cuntà

D'una prumessa fatta, sò sessant'anni fà

A polvera s'hè sparsa annant'à la mubiglia

Affosca pianu pianu u ritrattu di famiglia

Ch'ella sia spapersa, ch'ella sia addunita

Ghjè u più bellu rigalu chì vi hà fattu a vita
 

Quanti n'avete varcatu verani è staggione

Ùn si pò accertà ch'ella hè stata passione

Cun lite appaciate, vintu lu crepacore

Sì chì l'avete campata una vita d'amore
 

Quand'ellu ti rimira alluppiata in lu futogliu

Chì seranu i ricordi, furtuna o curdogliu ?

Una carezza à la to manu, è la so mente fughje

È pensa à 'sse stonde chì più nunda pò strughje
 

È puru sè la neve imbianca la vita

Chì a falcina aspetta per l'ultima ferita

Esse vechju ùn hè esse fora di tuttu

U castagnu centannincu dà sempre lu fruttu
 

Quanti n'avete varcati verani è staggione

Ùn si pò accertà ch'ella hè stata passione

Cun lite appaciate, vintu lu crepacore

Sì chì l'avete campata una vita d'amore
 

Henri Olmeta / Fabrice Andreani

Il y a soixante ans déjà
 

C’est une maison où règnent silence et pénombre

Où le temps importe peu

Le chemin a été long, tout comme l’histoire à raconter

Depuis cette promesse faite, il y a soixante ans déjà
 

La poussière s'est figée sur le mobilier

Elle assombrit peu à peu la photo de famille

Où l’on voit ces enfants, éloignés ou unis

Mais qui sont le plus merveilleux présent donné par la vie
 

Combien de printemps avez-vous traversé ?

Nul ne peut assurer que ce fut la passion

Les tempêtes apaisées, le chagrin disparaît

C’est sûrement cela, l’amour
 

Il te contemple, assoupie sur ton fauteuil

Penserais-tu à ta vie, tes bonheurs, tes deuils ?

Une caresse sur ta main, son esprit s'évade

Et il sait que rien ne peut détruire ces instants
 

Et même si l’hiver est désormais votre saison

Que la faux attend pour son ultime moisson

Vieillir n'est pas seulement la fin d'une vie

Le châtaignier centenaire donne toujours ses fruits

Combien de printemps avez-vous traversé ?

Nul ne peut assurer que ce fut la passion

Les tempêtes apaisées, le chagrin disparaît

C’est sûrement cela, l’amour

 

Traduction : Jacky Cardi

Tù chì sumeni a Parità

Una furtuna per ogni campà

Ma lu rispettu di ogni vulè

Hè sottumessu à lu to parè

Nant'à lu solcu di Fraternità

L'arcubalenu di l'umanità

Disoccupata hè la ghjuventù

Eppuru ci crede è ancu di più
 

Forza di l'esse oramai à lentà

Ùn c'hè parata à pudè la fermà

Forza di l'esse, una mossa à purtà

U raggiu di sole per un mondu chì và
 

À barculà l'omu cù a to Libertà

Un ideale chè tu voli annacquà

D'una battaglia ùn pò nasce un amore

In u desertu ùn ci pò cresce un fiore
 

Ma in la terra di lu mio bramà

'Sse trè parolle ùn ponu bastà

Ghjè lu pudere di la mio virtù

Chì mi face crede, è ancu di più
 

Forza di l'esse oramai à lentà

Ùn c'hè parata à pudè la fermà

Forza di l'esse, una mossa à purtà

U raggiu di sole per un'mondu chì và
 

Henri Olmeta / Rick Allison-Fabrice Andreani

 

La force de l'Être

Toi qui évoque sans cesse l’Égalité,

Le bonheur pour tous les hommes

Pourquoi refuses-tu d’accepter

Mes aspirations et ma volonté ?
 

Tu prônes avec ferveur la Fraternité,

L'arc-en-ciel de l’Humanité

Mais la jeunesse désoeuvrée

Veut croire à ses lendemains

Elle est la force d’une course effrénée

Qu’aucune barricade ne peut arrêter

Elle est la force qui ne veut point douter

Le rayon de soleil d'un monde libéré
 

Tu fais miroiter aux hommes la Liberté,

Un idéal sans cesse éclairé

Mais d'une bataille ne peut naître un amour

Et les fleurs ne peuvent éclore en plein désert.

Mais pour la vie à laquelle j'aspire

Ces trois mots ne peuvent suffire

Et la puissance de ma vertu

Me laisse espérer toujours plus

Elle est la force d’une course effrénée

Qu’aucune barricade ne peut arrêter

Elle est la force qui ne veut point douter

Le rayon de soleil d'un monde libéré

 

Traduction : Jacky Cardi

U sentu digià l'alitu di li so sussuri

Di quelli chì, di tè, di mè, ùn sò sicuri

Dà a gioia à le to pene, è l'ore à l'eternità

Eccule quì e meie e strenne, ti vogliu campà
 

Ùn ti prumettu ciò ch'ùn aghju

Ma sò ciò chì ti possu dà

Femu lu inseme 'ssu viaghju

Hè ora digià

È quandu a vita sparghjerà tutti li so turmenti

Tandu l'affollu serà quì per siccà li pienti

Hè torna longu lu caminu ch'ellu ci ferma da fà

È Diu solu sà induve ellu ci purterà

Ùn ti prumettu mondi è mari

Fole ùn ne vogliu cuntà

Cappiemu oramai tutte l'amarre

Hè ora d'andà

Ùn ti prumettu ciò ch'ùn aghju

Ma sò ciò chì ti possu dà

Femu lu inseme 'ssu viaghju

Hè ora digià

Henri Olmeta / Fabrice Andreani

L'heure est venue

J’entend déjà le bourdonnement des murmures

De ceux qui pour nous, ne voient aucun futur

Métamorphoser tes souffrances en joie

et rendre ces moments éternels

Voilà ce que je veux t'offrir, car je veux te vivre

Mes promesses ne sont pas vaines

Car je sais ce que je peux t’apporter

Ensemble, faisons ce voyage,

L'heure est venue.

Et quand la vie nous apportera son lot de peines

Notre confiance nous aidera à les surmonter

Long est le chemin qu’il nous reste à parcourir

Et Dieu seul sait où cela nous mènera

Je ne te promets pas monts et merveilles

Car je ne veux pas te raconter d'histoires.

Libérons nous de nos entraves,

L’heure est venue.

Je ne te promets pas monts et merveilles

Car je ne veux pas te raconter d'histoires.

Libérons nous de nos entraves,

L’heure est venue

Mes promesses ne sont pas vaines

Car je sais ce que je peux t’apporter

Ensemble, faisons ce voyage,

L'heure est venue.


 

Traduction : Jacky Cardi