Inventà mi una storia  
Duve più d'una vittoria  
Mi face megliu andà  
Mi face gode è po sperà  

Dì mi la torna sta sera  
È ch'ella pò esse vera  
A meia sola a verità  
Ne vogliu fà umanità

Ùn ci ne pò esse guerre  
Sò toie è meie isse terre  
È cusì ùn pò più durà  
S'o mi pudessi cunfidà  

Dì mi s'è no simu pronti à dà  
Dì mi s'è no simu pronti avà
Pè fà la campà… Pè fà la campà… 

Inventà mi una storia  
Chì pò stà in la memoria  
È pè noi altri lu vighjà  
U celu chjaru da truvà  

È porta la to bandera  
In giru à la terra interra  
È a so pace ti darà  
U ventu forse hà da girà  

Ci ne feremu una festa  
Chì più nimu s'intesta  
È i cori s'anu da pisà  
Pè issu noi ancu à fà  

Dì mi ch'è no simu pronti à dà
Dì mi ch'è no simu pronti avà
Pè fà la campà… pè fà la campà… 

 

Marc Ventura / Fabrice Andreani



 

Pour qu'elle vive


Et m'inventer cette histoire
Où plus d'une victoire
Où il y fait bon vivre
D'un espoir en être ivre

Dis le moi ce soir encore
Que l'on peut être d'accord
Avec comme seule vérité
L'amour de l'humanité

Il ne peut y avoir de guerre
C'est pour nous tous cette terre
Car ainsi ça ne peut plus durer
Si je pouvais te le confier

Dis-moi si on est prêt à donner  
Dis-moi si on est prêt à semer
Pour qu'elle vive… Pour qu'elle vive… 

Et m'inventer une histoire  
Qui demeure en ma mémoire
Pour nous elle va veiller
Dans le ciel clair à trouver

Et porte aussi ton drapeau
Autour du monde et plus haut
Cette paix qu'il peut donner
Le vent fort va tomber

On en fera une grande fête
Car plus personne s'entête
Tous nos cœurs vont se lever
Pour ce nous à inventer

Dis-moi qu'on est prêt à donner
Dis-moi qu'on est prêt à semer
Pour qu'elle vive… Pour qu'elle vive…
 

Ti brusgia la memoria  
D'ùn sapè ne chì fà  
È po in la to storia  
Quantu passi à rifà 

A più bella risposta  
Ch'è tù li voli dà  
Dici ch'ella ti costa  
Ma voli perdunà  

È sola una primura  
Ti pò fà caminà  
Ùn hè vechja paura  
Chì ti pò fà piantà  

Duve hè… Duve hè… duve hè ch'è tù trovi
Issa forza d'ùn sparì
Duve hè… Duve hè… duve hè ch'è tù provi
Quand'ellu hè notte quì

Ti cunsuma lu core  
È ne voli inventà
So chì mai si more
È ti pò cunsulà

E ti preghi più sane  
Isse strade à ritruvà  
Ùn hè di spere vane
Ch'ellu si pò cambià

È sai ch'ella scritta  
Chì l'omu pò amà  
È po a ci teni arritta  
Quì a nostra dignità


Marc Ventura / Fabrice Andreani



                                                                                              Où est-ce

 

T'en as plein la mémoire
Et tu ne sais quoi faire
Puis dans ton histoire
Tu veux tant refaire

Ta plus belle réponse
Celle que tu veux donner
Jamais tu ne renonces
Et tu veux lui pardonner

Puis ce qui t'importe
Est de faire ton chemin
Cette peur à nos portes
Ne peut sonner la fin

Où est-ce ?... Où est-ce ?... Où est-ce que tu trouves
Cette force de ne pas disparaître
Où est-ce ?... Où est-ce ?... Où est-ce que tu prouves
Dans la nuit qui va naître  

C'est au fond de ton cœur
Que tu veux l'inventer
Donner ce qui ne meurt  
Et qui peut consoler  

Tu les voudrais plus saines
Ces voies à retrouver
De ces espérances vaines  
On ne peut rien changer  

Tu sais où c'est écrit
Qu'un homme peut aimer
Et tu sais aussi nous dire
Ici notre dignité

Possu andà à i quattru venti  
Francà le torna e fruntiere  
Strade quantu mi n'inventi  
Pè ritruvà ciò ch'è tù ere  

Dì mi quale hè chì e cunsola  
Tutte le toie e pene piatte  
Quandu a sera ne volti sola  
U core quale u sente batte  

Cum'una ferita ch'ùn guarisce più  
U più bellu amore u m'ai datu tù 

Dì mi quandu  
Leghjerai ciò ch'eo ti mandu  
Ciò ch'aghju scrittu una sera  
Ancu per tè s'ella era vera  
A vita ch'emu fattu tandu  
Dì mi quandu

Possu andà e terre luntane  
Parte cù una valisgia piena  
Hè sempre in le to mane  
Ch'eo vecu s'ella vale a pena  

Dì mi quale hè chì u ti cura  
U focu per ùn lascià lu spinghje  
Si di mè ùn ai più primura  
S'è tù mi voli torna stringhje

Cum'una ferita ch'ùn guarisce più  
U più bellu amore u m'ai datu tù  

Dì mi quandu  
Leghjerai ciò ch'eo ti mandu  
Ciò ch'aghju scrittu una sera  
Ancu per tè s'ella era vera  
A vita ch'emu fattu tandu  
Dì mi quandu


Marc Ventura / Fabrice Andreani 



                                                                                    Dis-moi quand 

 

Poussé par tous les vents
Je peux franchir les frontières  
Par ces chemins d'antan  
Te retrouver à la lisière

Peux-tu me dire qui te console
Qui devine là-bas tes peines
Le soir tes pas sur le sol
Et ton cœur battre à peine

Comme une blessure qui ne peut plus guérir  
Ce plus bel amour que tu as su m'offrir

Dis-moi quand
Liras-tu ce que je t'envoie
Ce qu'un soir j'ai écrit pour toi
Et je veux savoir enfin
Si ton cœur battait pour le mien
Dis-moi quand 

De par ces terres lointaines  
Trainer une valise et partir
Et dans tes mains l'aubaine
Je lis si ça en vaut la peine de fuir

Dis-moi qui veille sur la flamme
Pour qu'elle ne s'éteigne un jour
Pour l'attention d'une femme
Si l'on s'étreindra encore d'amour

Comme une blessure qui ne peut plus guérir  
Ce plus bel amour que tu as su m'offrir

Dis-moi quand
Liras-tu ce que je t'envoie
Ce qu'un soir j'ai écrit pour toi
Et je veux savoir enfin
Si ton cœur battait pour le mien
Dis-moi quand 

Ùn ci hè gioia più grande  
Di cede à la vita chì dà  
D'ogni manera li sai rende  
Ch'emu tutti un viaghju à fà  

È daret'à ogni pena  
Ci hè sempre una via à truvà  
Ùn sò più castelli di rena  
Chì a to manu pò lascià  

Dì li issa notte chì rima  
Cù e to più belle felicità  
È po più alta ch'è a cima  
A sà ch'è tù e poi purtà  

Ch'è tù… ùn sì ch'è tù
Chì a li poi dà
Ch'è tù… ùn sì ch'è tù
Chì a li poi fà  

Stu levame à le to mane
Di stintu tù ne voli fà
È l'acqua di ste funtane
Corre quant'ella ne sà  

L'ai in core issa furtuna
Li truverai un diventà
Guarda chì sta vechja luna
Sta sera quì s'hà da chjinà

Hè più ricca ch'omu crede
A terra di stu lavurà
Sai chì nimu a vede
A bella strada à amparà

 

Marc Ventura / Fabrice Andreani



                                                                                                 Que toi 

Il n'y a de joie plus belle
De céder à la vie qui est celle
Qui saura toujours te dire
On a tous un voyage à accomplir

Et derrière chaque peine
Nos illusions ne sont pas vaines
Ce ne sont pas des châteaux de sable
Ta main n'en est plus capable

Dis lui cette nuit qui rime
De tes plus belles félicités
Puis plus haut que les cimes
Elle sait que tu peux y aller

Que toi… ce n'est que toi
Qui peux lui donner
Que toi… ce n'est que toi
Qui peux lui prouver 

Ce levain dans tes veines
Ne restera pas sans écho
Et l'eau de ces fontaines
Coule de tout là-haut

La fortune que t'as dans le cœur
Tu sais aussi qu'elle va devenir
Et la vieille lune demeure
Ce soir ici elle va s'endormir

Elle est riche plus qu'on ne croit
Cette terre que tu laboures
Personne ne le connais tu vois
Le chemin de nos amours

Pè inventà l'adunite  
È sunnià ci altre vite  
Nant'à ogni penseru  
Di stu mondu furesteru 

Pè pensà le più vere  
Nant'à l'idee nere  
Ti portu un curagiu  
Pè sti celi un ragiu  

Pè mandà longa lena  
In la strada serena  
È à chì mondu crede  
Di chì più bella fede  

Chì ti manca… chì ti manca…  
Un nunda basterà  
Chì ti manca… chì ti manca…  
D'un nunda si ferà  

Pè sperà le più ghjuste  
In le vittorie fruste
Leghju in le to mane  
Beiu à ste funtane  

Pè rifà le ste mure  
Di l'annate più dure  
Ti pregu furtuna  
È più longa la funa  

Pè truvà quelle strade
Quandu nunda ci accade
Ci hè l'amore di Mamma  
È a to voce chì chjama


(Marc Ventura / Fabrice Andreani) 



                                                                             Que te manque t-il 

 

Pour inventer ce qui unit
Et les rêves d'autres vies
Sur nos vieilles pensées
De ce monde étranger 

Pour penser l'espoir
Sur nos idées noires
Je t'envoie un courage
Un ciel sans nuage

Et pour un second souffle
Que ton chemin camoufle
En ce monde tu veux croire
Ta foi n'est pas illusoire

Que te manque t-il ? Que te manque t-il ?
Un rien te suffira
Que te manque t-il ? Que te manque t-il ?  
D'un rien on en fera 

Il est juste d'espérer
En nos victoires tant usées
Dans tes mains je vois
À ces fontaines je bois

Pour refaire ces mures
De tant d'années dures
Je te dis bonne chance
Et depuis que j'y pense

Pour trouver le chemin
Quand ce n'est pas la fin
Y a l'amour de Maman
Et ta voix que j'entends

Per ditti o bà quantu sò fieru
Di ciò ch'è tù m'ai amparatu
Per ùn cunosce l'addisperu

Cume spiecatti à tè o mà
Chì tutte le mio stonde strane
Mi l'ai fatte supranà
È s'ell'ùn c'era lindumane

Per divvi tuttu lu mio amore
U trimuleghju di le mio mane
A pena amara di lu mio core
È s'ell'ùn c'era lindumane 

Figliola à sparte cun tè
È asciuvanne le to lacrime
Da ch'è tù ridi à più pudè

Figliolu per esseti à fiancu
È appaccià li to affanni
I ghjorni chì eiu ti mancu
È s'ell'ùn c'era lindumane

Per divvi tuttu lu mio amore
U trimuleghju di le mio mane
A pena amara di lu mio core
È s'ell'ùn c'era lindumane 

Cume dittila franca è chjara
Sì l'acqua di le mio funtane
Sempre ti vogliu tene cara

È isse stonde à sparte cun tè
À cunghjurà ogni malanni
Per fà chì ognunu campi bè
È s'ell'ùn c'era lindumane

Per divvi tuttu lu mio amore
U trimuleghju di le mio mane
A pena amara di lu mio core
È s'ell'ùn c'era lindumane 


Henri Olmeta / Fabrice Andreani



                                                         Et si tout s'arrêtait aujourd'hui 

 

Pour te dire mon père combien je suis fière
De tout ce que tu m'as transmis
Pour ne pas connaitre le désespoir

Comment t'expliquer, à toi qui est ma Mère
Que tu m'as fait vaincre
Chaque moment de doute
Et si tout s'arrêtait aujourd'hui

Pour vous dire tout mon amour
Vous expliquer le tremblement de mes mains
La déchirure de mon cœur
Et si tout s'arrêtait aujourd'hui 

Partager le bonheur avec toi, ma fille
Qu'il sèche tes larmes
Et que la joie t'envahisse

Pouvoir être à tes cotés, mon fils
Pour apaiser tes angoisses
Les jours où je manquerai
Et si tout s'arrêtait aujourd'hui

Pour vous dire tout mon amour
Vous expliquer le tremblement de mes mains
La déchirure de mon cœur
Et si tout s'arrêtait aujourd'hui 

Comment te dire sincèrement
Que tu es la source de ma fontaine
Et que je t'aimerai éternellement

Et ces moments où l'on refait le monde
Conjurant le mal
Pour que chacun soit heureux
Et si tout s'arrêtait aujourd'hui

Pour vous dire tout mon amour
Vous expliquer le tremblement de mes mains
La déchirure de mon cœur 
Et si tout s'arrêtait aujourd'hui 

Dì mi st'altra manera  
Pè gode è fà sunnià  
Duve veghja la to spera  
È po chì ne voli fà  

Ùn pò mancà d'amore  
Quellu chì vole dà  
D'una mamma u calore
Ùn ti ne pò omu scurdà

Dà mi e to più vere  
È lascia l'ale andà  
Mi ne facciu un duvere  
Di fà ride l'umanità  

Ci ne feremu… un altra storia… meia è toia… 

Dì mi st'altra manera  
Di sparte senz'aspettà  
È po dà mi una lumera  
Chì nimu spinghjerà  

Mi ne freme lu core  
È ùn si vole stancià  
È sai ch'ellu ùn more  
S'ellu hè ghjustu avà  

A saperemu tene  
A to più cara verità  
A sò da duve vene  
È quale a senterà


Marc Ventura / Fabrice Andreani



                                                                                            On en fera

 

Dis-moi cette autre façon
Pour être heureux et rêver
Où ira ton espoir, ta raison
Et si tu veux les partager

Il ne manquera pas de cœur
Cet homme qui veut donner
Et d'une mère la chaleur
Qui pourra donc l'oublier

Donne-moi ce que je peux voir
Et laisse tes ailes déployées
J'en fais mon premier devoir
De faire rire toute l'humanité

On en fera une autre histoire… pour toi et moi... 

Dis-moi cette autre façon
De donner sans attendre
Une lumière pour ta maison
Que l'on ne pourra prendre

Et le cœur m'en tremble
De battre il ne veut s'arrêter
Et si l'on est ensemble
C'est juste pour aimer

Et on saura garder
Ce qui nous semble vrai
Je sais qui t'a donné
Et puis qui en rêvait

S'ellu hè l'amore chì ti porta  
S'è tù mi volti da luntanu
A tengu aparta la mo porta
A ti daraghju a mo manu

O quantu tù ai mancatu
Ùn ne sentia batte pettu
Ancu per tè aghju pregatu
À quale u dave u t'affettu

Mi sò statu solu à u focu
À dì mi quantu mi ne pentu
À asciuvà lu u to pientu  
È più primura d'andà in locu

Dumane chì ne serà
Induve ci emu da ritruvà

Dì li la tù  
À u mo core ch'ùn sà più  
Cun ellu s'è ci volti più  
S'è tù l'ai da fà batte dinù  
Dì li la tù 

Ùn mi n'ai più datu nove
Chì strada hà fattu a to vita
L'amore forse chì l'ai trove
Dì mi si a to pena hè finita

Aghju pensatu dà ti tantu  
È quante sere à chjar'di stelle
In fondu di u mo core frantu  
Quant'ella hè liscia a to pelle

N'aghju passatu tante notte  
À dì mi vulterà dumane  
À mette anelli à e to mane
È appagià e nostre lotte

Marc Ventura / Fabrice Andreani



                                                                                               Dis le lui


Si tu reviens par amour
Si tu me reviens de loin
Je t'attends chaque jour
Je te donnerai ma main

Tu m'as manqué chaque soir
Je n'entendais pas battre ton cœur
Plus une seule lueur d'espoir
Ton affection sans bonheur

Et seul au coin du feu
Souvent j'ai regretté en vain
J'ai pleuré pour nous deux
Je n'avais plus le goût de rien

Demain qu'adviendra t-il ?
Où se retrouvera-t-on ?

Dis le lui
À mon cœur qui n'en sait rien
Reviendras-tu demain
Battra-t-il en vain
Dis le lui 

Tu ne m'as plus donné de nouvelles
Qu'en est-il de ta vie aujourd'hui
Les amours où te mèneront-elles ?
Et si cette peine s'en est finit

Je voulais tant te donner
Tant de ciel étoilé
Et dans mon cœur blessé
Ta peau lisse m'a manqué

J'ai passé tant de nuit  
À penser aux lendemains
Une alliance à ta main
Et nos luttes sans bruit

Mi pesanu tantu isse cantilene  
Quelle chì ci intinghjenu e vene  
Quelle chì a vita si trascina  
Ci mettenu l'anni in pulvina  

E sò e spere ch'è tù ti porti  
È issi penseri ancu morti  
Chì u to passu si consola  
Chì a ti stringhjenu a gola  

Vai la to strada serena  
A sò issa manu chì sumena  
Ùn vole perde issa battaglia  
Ùn vole più fochi di paglia  

Ùn ci crede più  
Ma li vogliu dì dinù  
Issa fede per ùn trimà più  
Issa via per andà dinù  
Pè ciò chì serà è ciò chì fù  
Ùn ci crede più… 

Mi pesanu tantu isse centu pene  
Quelle ch'eo portu da e mo schiene
Quelle chì a storia ùn sà più tace  
A truveremu soga a nostra pace  

E sò l'amore e più ghjuste  
Quelle chì a vita l'hà fruste  
L'aghju agrotte in lu mo core  
Pè dà le chì ùn volenu more  

Senti issa voce chì cunsiglia  
Chì vole bè pè la famiglia  
Chì vole l'omi tutti fieri  
Sò da scurdà li l'addisperi


Marc Ventura / Fabrice Andreani
 


                                                                                Elle n'y croit plus 

 

Je n'entends plus ces rengaines
Celles qui coulent dans nos veines
Celles que la vie se trimbale
Et à nos ans font du mal  

Je sais ces espoirs que tu portes
Et ces blessures si fortes
Que tes pas consolent parfois
Qui te laissent sans voix

Marche ta route sereine
Et dans ta main tant de graines  
Elle ne veut pas perdre la bataille  
Elle ne veut plus de feu de paille 

Elle n'y croit plus
Je veux lui dire encore
Cette foi pour ne plus trembler 
Cette voie pour ne plus s'arrêter
Pour ce qui sera et ce qui fut
Elle n'y croit plus… 

Je n'entends plus toutes ces peines
Celles que tu as fait tiennes
Celles que l'histoire tait  
Celles qui trouveront leur paix

Et seul nos amours pourront
Donner de la vie en nos maisons
Je les ai posées dans mon coeur  
Pour pas qu'elles ne meurent

Ecoute cette voix qui nous dit
Que notre famille est unit
Que les hommes sont fiers
Sans leurs peines d'hier

Issa vita nant'à u screnu  
Quant'ella mi face trimà  
Mi pare cum'un velenu  
Tantu ti vole stancà  

Ti facenu torna crede  
Chì ci vole à ricummincià  
Eo ti mandu tanta fede  
Chì noi a pudemu fà  

A sò chì vale a pena  
È chì u sole hà da vultà  
Hè quellu chì sumena  
Chì si trova un serà  

Dà mi u to core  
Pè sperà  
Dà mi u to core  
Pè sperà  
Solu pè sperà 

È a terra sempre ti rende  
S'è una grana li sai dà  
È in lu celu più grande  
Una stella t'aspetterà  

Chì sott'à li nostri tetti  
Manca pocu pè sunnià  
Facenu male li so detti  
È po piattanu l'al di là  

In le cime ch'è tù sai  
Ci hè un solcu à tirà  
Ùn ti ne fà di li guai  
Una funtana ti derà

 

Marc Ventura / Fabrice Andreani
 


                                                                                       Pour espérer

 

La vie défile sur l'écran
Elle me fait tant trembler
Comme un poison d'antan
Qui veut te faire tomber

On te fait encore croire
Qu'il faut tout recommencer
Mais je t'envoie cet espoir
Pour pouvoir y arriver 

Je sais que ça en vaut la peine
Que le soleil reviendra
Et quand on pose une graine
Une fleur on trouvera

Donne-moi ton Cœur
Pour espérer
Donne-moi ton Cœur
Pour espérer
Juste pour espérer 

Et la terre te rendra
Si tu sais lui donner  
Un ciel on inventera
Une étoile pour nous guider

Tu sais que sous nos toits
On peut encore y rêver
Ce que tu dis de moi
M'empêche de voyager

Dans ces cimes là-haut
Tu feras un sillon
Et une issue sans maux
Une fontaine est ta raison

Ùn traì

È pè ste terre di pace
Và longu u to caminu
Sott'à u celu bambace
Ci veghja u mo destinu

Sò issu mare chì ci porta  
È po per tè ciò chì vale
Apri mi puru a porta
Chì u vecu lu fanale

È t'aspetterà l'amore  
Pè ciò ch'è n'emu di fede  
È ne lasceremu un fiore
Per quellu chì vole crede  

Ùn traì
Ùn traì chì sò i nostri cori  
Ùn traì
Ùn traì per elli ti ne mori 

È s'ella ti costa l'ora
Dà li isse forze più vive
Pè a ghjente chì hè fora
Pè pudè torna scrive

Pè e vite à l'arritrosa  
È pè l'estru prufondu  
Vai a to manu chjosa
Sin'à la fine di u mondu

È t'aspetterà l'amore  
Pè ciò ch'è n'emu di fede  
È ne lasceremu un fiore
Per quellu chì vole crede 

Ùn traì
Ùn traì chì sò i nostri cori  
Ùn traì
Ùn traì per elli ti ne mori  

 

Marc Ventura / Fabrice Andreani

 


                                                                                       Ne trahis pas

 

Sur cette terre de paix
Va loin ton chemin
Sous ce ciel qui se tait
Veille encore mon destin

Regarde cette mer qui nous porte
Il y a ce qui te tient à cœur
Alors ouvre-moi ta porte
Je vois ce phare qui demeure

Là-bas nous attend l'amour
Il y a au loin tant de foi
On y laissera une fleur un jour
Pour cet homme qui y croit

Ne trahis pas
Ne trahis pas ce sont nos cœurs
Ne trahis pas
Ne trahis pas pour eux tu en meurs 

Même si cette heure te peine
Donne encore ces forces vives
Ce sont ces gens qu'on aime
Pour qu'un jour ils écrivent

Pour ces vies qu'on voit au loin
Pour la profondeur de l'être
Je sais que tu serreras le poing
Jusqu'à la fin du monde peut-être

Là-bas nous attend l'amour
Il y a au loin tant de foi
On y laissera une fleur un jour
Pour cet homme qui y croit

Ne trahis pas
Ne trahis pas ce sont nos cœurs
Ne trahis pas
Ne trahis pas pour eux tu en meurs 

Hè nostru 'ssu dumane

Si certi ne diceranu
Ch'ùn abasta di sperà
S'ell'ùn sò chè tempu ìn vanu
Ore sane à bramà
Un ghjornu s'accorgeranu
Chì a forza nasce in l'unità
Purghjimu ci una manu
Demu vita à stu sunnià

Hè nostru 'ssu dumane…

Per inventà lindumani
Ch'ellu ferma à custruì
Smintichendu l'inganni
È ogni ferità guarì
Demu vit'a sti sonnii arcani
Si u to core ti dice di sì
Unimu e nostre mani
Chì dumane hè disgià quì

Hè nostru 'ssu dumane… 

Li mio sonnii è li vostri
Si ponnu assumiglià
Sti dumani chì sò nostri
Femu li, realità …

 

Jean-Laurent Filippi / Fabrice Andreani
 

                                               Ces lendemains nous appartiennent 

 

Si certains ne font que dire
Qu'il ne suffit pas d'espérer
Que rien ne peut aboutir
De ces heures passées à rêver
Un jour ils devront saisir
Que la force naît de l'unité
Nos mains devront s'unir
Pour que ces songes deviennent réalité

Ces lendemains nous appartiennent…

Pour inventer les lendemains
Qu'il nous reste à construire
En oubliant ce qui est vain
Et chaque blessure guérir
Donnons vie à ces rêves sans fin
Si ton cœur est d'accords, cela va sens dire
Alors unissons nos mains
A l'aube de cet avenir

Ces lendemains nous appartiennent… 

Guarda hè cum'un caminu chì fala mez'à e mure
È solu un vechju mulinu in fondu à isse ghjure

È u curanu u silenziu tutte e so case appese
È po d'ogni licenziu vanu e so mani tese

Anu lasciatu quì l'orte per tè è noi altri tutti
È solu d'amore forte chì sò nati li so frutti

Ùn ci hè più pocu à dì
A vita era cusì
Ùn ci hè più pocu à dì
A vita era cusì
Era cusì 

Hè cum'un fiume chì corre è conta la so storia
Di caselli è di torre n'hè piena la memoria

È po d'elli stonde brave pè u campà è pè a morte
Ci anu lasciatu e chjave pè apre tutte le porte

È sò partuti un ghjornu lascendu pochi ritratti
S'aspetta quì cum'un ritornu mezu à i nostri l'atti

Ùn ci hè più pocu à dì
A vita era cusì
Ùn ci hè più pocu à dì
A vita era cusì
Era cusì 


Marc Ventura / Fabrice Andreani
 


                                                                                        C'était ainsi  

 

Regarde c'est comme un chemin qui longe les murs
Et seul un vieux moulin sur ces terres à n'en finir

Et à l'orée de ce silence toutes ces maisons qui pensent
Puis de chaque adieu les mains de nos aïeux

Ils ont laissé là des jardins et pour nous ils ont tant planté
C'est de cet amour humain que leurs fruits sont nés

Il n'y a rien d'autre à dire
La vie était ainsi
Il n'y a rien d'autre à dire
La vie était ainsi
C'était ainsi 

C'est comme un fleuve qui coule il raconte son histoire
D'une tour ces pierres qui roulent elles sont enfouies dans la mémoire

Et ces heures tant rêvées rendent cette terre plus forte
Ils ont laissé les clés pour ouvrir toutes ces portes

Ils sont partis un jour et d'eux ce que l'on sait
On attend comme un retour et nous qu'est-ce qu'on en fait

Il n'y a rien d'autre à dire
La vie était ainsi
Il n'y a rien d'autre à dire
La vie était ainsi
C'était ainsi 

Sò di quella terra, tribulat'è culpita,
L'accell' adisperata, anch'ella s'hè sbandita
Priva di libertà, è di virdura fiurita
Eccu u so campà…
Anc'eiu cum'è ella, vulia spaisà
Invece mi stò quì, ùn possu chè cantà
Qualchi parolle amare, à chi vol'ascultà
Si pò sempre sperà

Sè vo sentite, ma chì ne dite…
Aghju lu core chì teme di finisc'inchjustratu
Da lu rimore cundannatu
Ellu, chì sunniava di fiori , è di prati di stelle
Per rigallalli à e zitelle 


Ma u ghjornu vi disceta, sempre cù listessi vezzi
A sera v'addurmintate, incù ritiru è tristezza
Ch'ella luci a chjarantana (luna piena)
Ch'ella soffii a tramuntana
Voi, nu e sentite…
Eiu, fideghju passà, i vostri canni tant'ammati
Stracquati nant'à cuscini, ch'ogni maestru hà basgiatu
Ma d'alisciassi a manu, n'hè diventatu'ùn peccatu
D'alisciassi la manu

Sè vo sentite, ma chì ne dite…
Aghju lu core chì trema di finisc' ingabbiatu
Da u rimore casticatu
Ellu chì per sempre bramava st'acquate di stelle
Per agruttassi cù e zitelle 

Ma l'ultima fata, di l'incantu s'hè scurdata
U m'amicu u fiumicellu dorme in buttiglia cundannatu
E stagione sò firmate, in pedi à l'arburi burlati
Ed'eiu fermu solu…

È stò in la mio terra, tribulat'è culpita
U cor'adisperatu è l'anima ferita
Privu di libertà è di virdura fiurità
Hè quessu u mio campà…

(Francis Cabrel) 
"Répondez-moi" Editions Chandelle Productions
Adaptation Jean-Laurent Filippi / Fabrice Andreani