Dopu tant’anni ti vogliu scrive

Da cuntà ti lu mio viaghju

Dà ti nutizie da l’altre rive

È l’ora quandu vulteraghju

 

Hè statu longu u caminu

Ma sempre listessa pena

Pare stampatu u destinu

Mi n’arricordu di a to lena

A mio lettera hè d’inchjostru

Dui filari d’amore nostru

Pè dì ti ch’o ti tengu caru

À chjar’ di luna à celu chjaru

Ti vogliu scrive dopu tant’anni

Da cunfessà mi una volta

Sò crosci intinti li mio panni

Po a vita a m’anu tolta

 

Ùn sò più s’ella gira l’ora

S’ellu hè l’invernu o lu veranu

Ma face sempre u fretu fora

In fon’di core dà mi una manu

Marc Ventura / Fabrice Andreani

Ma lettre

 

Après tant d’années, je veux t’écrire

Pour te raconter mon voyage

Te donner des nouvelles de l’autre rive

Et t’indiquer l’heure de mon retour

 

Le chemin fut bien long

Mais ma douleur est restée égale

Tel semblait être mon destin

Je me souviens encore de ton souffle

 

L’encre de ma lettre

Trace ces deux lignes

Pour te dire que je t’aime

Au clair de lune sous le ciel pur

 

Je veux t’écrire après tant d’années

Pour me confesser au moins une fois

Mes habits sont trempés

Car c’est la vie qu’on m’a ôtée

 

Je ne sais plus si l’heure tourne

Si c’est l’hiver ou le printemps

Mais il fait toujours froid dehors

Du fond du cœur tends-moi la main

Chì ai in capu

Chì trapana

U tempu vita è u tempu morte

A via liscia chì misura

E strade fatte di a sorte ?

 

Chì ai in capu

Chì s’imbroglia

Da u ricordu à u stalvatu

Da ogni stonda di silenziu

A quellu to fiatu strappatu ?

 

Ch'ella tenga a nostra storia

a prumessa impenserita

a scumessa à fior di lita

sin'à e sponde di memoria

 

Chì ai in capu

Chì rivene

Sempre à i punti principiati

Duv’ellu corre indernu l’acu

Appressu à l’ore di u passatu ?

 

Chì ai in capu

Chì si spinghje

Di l’eccu vechju alistraziatu

È di quell’acqua chì ne finghje

À e funtane di l’estate ?

Ogni penseru chì t’affana

È ti tene in alta cundanna

Ogni sintimu chì t’affana

È ti tene in alta cundanna

Ghjacumu Fusina / Fabrice Andreani

 

Qu’as-tu en tête ?

 

Qu’as-tu en tête

Qui transperce

Le temps de vie le temps de mort

La voie si lisse qui mesure

Les routes tracées du destin ?

 

Qu’as-tu en tête

Qui s’embrouille

Entre vécu et souvenir

De chaque instant de ce silence

À ton souffle arraché ?

 

Que ton histoire conserve

La soucieuse promesse 

Ce pari à fleur de vie

Jusqu’aux rives de mémoire

 

Qu’as-tu en tête

Qui revient

Toujours au point de ton départ

Là où les mailles filent

Où l’aiguille court vainement

Après les heures du passé ?

 

Qu’as-tu en tête 

Qui s’éteint

Du vieil écho aux ailes fatiguées

Et de cette eau qui suinte

Aux fontaines de l’été ?

Chaque pensée qui t’angoisse

Et te réprouve de si haut

Chaque sentiment qui t’angoisse

Et te réprouve de si haut

Un crepacore lampatu cusì

Versu mè, senza nunda à dì

Chì mi brusgia l’estru sanu

Cù lumi spenti è sperà vanu

Ad aspettà …

Chì a to chjama venga à mè

Da assicurà

Chì l’avvene serà cun tè

Ad aspettà u to vultà

S’ellu venerà ...

Sò sicuru chì lu benestà

Hè cun tè o mio campà

L’ore meie ùn sò ch’e lotte

Da truvà lu chjaru in isse notte

Ad aspettà …

Chì a to chjama venga à mè

Da assicurà

Chì l’avvene serà cun tè

Ad aspettà u to vultà

S’ellu venerà ...

Yannick Gerin / Fabrice Andreani

À attendre

Un crève-cœur ainsi lancé

Vers moi, sans rien à dire

Qui brûle mon être tout entier

Lumières éteintes et vain espoir

 

À attendre

Que ton appel vienne à moi

Pour assurer

Que l’avenir sera avec toi

À attendre

Ton retour

S’il viendra…

 

Je suis sûr que le bien-être

Est avec toi, ma vie

Mes heures ne sont que luttes

Pour trouver la clarté dans ces nuits

 

À attendre

Que ton appel vienne à moi

Pour assurer

Que l’avenir sera avec toi

À attendre

Ton retour

S’il viendra…

Ci hè quì vicinu un chjassu foscu

Un chjosu frescu, una culletta

Una surgente benedetta

Chì canta à l’arice di u boscu

 

Ci hè quì vicinu un paisolu

Cù e so loghje è le so strette

E cacciafora è scalunette

Sott’à un celu muntagnolu

 

 

Ci hè quì vicinu

A chì u sente

Un mondu sanu

Un cuntinente

Un ortu umanu

E u giardinu

Di a so ghjente

 

 

Ci hè quì vicinu a cità bella

Cù le so case accatastate

Sopra le so centu tighjate

E so piazzette, a citadella

 

Ci hè quì vicinu una zitella

Capellibionda, ochjiturchina

Cù lu so visu di statina

È u prufumu di a so pelle

Ghjacumu Fusina / Fabrice Andreani

 

Il y a là tout près

 

Il y a là tout près un sentier ombreux

Un enclos frais, une colline

Une source bienvenue

Qui chante à l’orée du bois

 

Il y a là tout près un petit village

Avec ses voûtes et ses ruelles

Ses balcons de pierre, ses perrons

Sous leur ciel bleu de montagne

 

Il y a là tout près

Pour qui veut bien

Un monde entier

Un continent

Un coin d’humanité

Et un jardin

Pour tous les siens 

 

Il y a là tout près cette ville

Avec ses maisons empilées très haut

Par-dessus ses trottoirs pavés

Ses placettes, sa citadelle

 

Il y a là tout près une jeune fille

Ses cheveux blonds et ses yeux bleus

Un visage d’été resplendissant

Et le parfum enivrant de sa peau

Da lu bughju à lu chjarore

Un c’hè ch’ùn passu à francà

Ma da la guerra à l’amore

Ci ferma tante cose à fà

In quelli campi di mine

Ci tocca oghje à suminà

Tante granelle di rime

Per fà sbuccià l’umanità

 

Cu mille voce addunite

Ci tocca oghje à cantà

Quelle sperenze infinite

Chì c’invitanu à sunnià

 

Per sminticà le vindette

Tutti l’odii è a crudeltà 

Pè fà tace tonni è saètte

Ci tucherà à azzigà

Cu canti d’etern’unione

Pruveremu à fà ribumbà

Più chè u bottu di u canone

A chjama di a fraternità

 

 

Vogliu mandà stu messagiu

À tè chì lu sai purtà

Per schjarisce tal’ùn ragiu

I peasi à lucignulà

Ma sempre cu la sperenza

Chì tuttu, ùn ghjornu cambierà

Per dà torna a la cuscenza

I novi sogni à inventà

Jean-Laurent Filippi / Fabrice Andreani

 

 

Nous avons tant à faire

 

 

De l’obscurité à la clarté

Il n’y a qu’un pas à franchir

Mais de la guerre à l’amour

Il nous reste tant à accomplir

Et dans tous les champs de mines

Il nous faut aujourd’hui semer

Des graines chargées de rimes

Pour faire éclore l’humanité

 

Des milliers de voix réunies

Sont aujourd’hui prêtes à chanter

Toutes les espérances infinies

Qui nous invitent à rêver

 

Pour oublier les vengeances

Ainsi que l’odieuse cruauté

Pour calmer les tempêtes immenses

Il nous faudra sans fin, bercer

Avec des chants d’éternelle union

Nous tenterons de faire résonner

Plus, que le fracas des canons

L’appel de la fraternité

Je veux confier ce message

A toi, qui saura le porter

Comme le soleil perce les nuages

Pour de nouveau, tout éclairer

Mais toujours avec l’espérance

Qu’un jour, tout pourra changer

Si l’on fourni à la conscience

Les songes qu’il reste à inventer

A mi cuntanu e to labre

Di notte pagna à lume spenti

Cumu’una vela torna è s’apre

Pè navigà cù li mio venti

 

In manu toia eiu ci vecu

Hè d’amore ch’eo u leghju

In una lacrima m’annecu

U sentu batte à trimuleghju

Dì mi la torna a vogliu sente

Oghje hè sulia in la mio mente

U to silenziu hà fattu danni

Hè a mio pena chì a dice

L’avia scritta chì sò anni

Sta sera ùn possu più fà nice

 

Fà mi sapè s’ella s’hè impressa

S’o l’emu posta in lu mio locu

A storia nostra ne cunfessa

Dà una voce à lu mio focu

Dì mi la torna a vogliu sente

Oghje hè sulia in la mio mente

Marc Ventura / Fabrice Andreani

Dis-le moi encore

 

Tes lèvres me le racontent

La nuit venue, lumière éteinte

Comme une voile qui se déploie

Pour naviguer au gré du vent

 

Sous tes mains je vois plus clair

Et c’est l’amour que j’y lis

Dans une larme je me noie 

Je sens ses battements de fièvre

 

Dis-le moi encore, je veux l’entendre

Il fait soleil aujourd’hui dans ma tête

 

Ton silence a fait bien du mal

C’est ma douleur qui le dit

Je l’avais écrit depuis longtemps

Ce soir je ne puis plus le cacher

 

Fais-moi savoir si elle persiste

Si nous l’avons posée au bon endroit

Notre histoire le confesse

Que ton souffle ranime mon feu

 

Dis-le moi encore, je veux l’entendre

Il fait soleil aujourd’hui dans ma tête

Sò cum’è sperenze d’amore

À infiarà mi tante vene

Vechji ricordi di dulore

À stringhje torna e catene

È po in core u rimore

Dice u male di e mio pene

Truvà a fede u curagiu

Circà è crede à un appaciu

È perdunà

Truvà a fede u curagiu

Circà è vede l’altru ragiu

È perdunà

 

Sò cum’è sperenze d’avvene

À dichjarà la in un ame

Senza lentà ciò chì ci tene

Ma move quant’è u levame

È a mio mente si n’invene

Di l’addisperi è di e brame

Truvà a fede u curagiu

Circà è crede à un appaciu

È perdunà

Truvà a fede u curagiu

Circà è vede l’altru ragiu

È perdunà

Marc Ventura / Fabrice Andreani

 

Et pardonner

 

Ce sont comme des espoirs d’amour

Qui tant enflamment mes veines

Anciennes traces de douleur

Comme le serrement de chaînes

Et puis dans le cœur ce bruit

Qui dit le mal de toute peine

 

Trouver la foi le courage

Chercher et croire à un apaisement

Et pardonner

Trouver la foi le courage

Chercher et voir l’autre regard

Et pardonner

 

Ce sont comme des espoirs d’avenir

Qu’on déclare dans un souffle

Sans lâcher ce qui nous tient

Mais enfle comme un levain

Et mon esprit se souvient

Des angoisses et des désirs

 

Trouver la foi le courage

Chercher et croire à un apaisement

Et pardonner

Trouver la foi le courage

Chercher et voir l’autre regard

Et pardonner

A diceraghju da duve vengu

Ciò ch’ella hè stata la mio via

L’amore toie ch’eo mi tengu

In lu mio core a sulia

Di a mio storia mi n’invengu

A vogliu bella una cria

Hè una sciolta la mio vela

Cun tè mi ne vogliu andà

Hè una sciolta la mio vela

Ci n’hè onde à navigà…

A diceraghju induve tengu

I passi per lu to circondu

Qualchi fulena ch’eo ci spengu

Per cunsulà lu u mio mondu

Per appacià lu ci sumengu

Ricordi quantu ne nascondu

Hè una sciolta la mio vela

Cun tè mi ne vogliu andà

Hè una sciolta la mio vela

Ci n’hè onde à navigà…

Marc Ventura / Fabrice Andreani

 

Ma voile

 

Je dirai d’où je viens

Et ce que fut ma vie

Et ton amour que je conserve

En mon cœur bien à l’adret

Je me souviens de mon histoire

Et donc un peu je la veux belle

 

Tu es ma liberté ma voile

Avec toi je veux partir

Tu es ma liberté ma voile

Et que de mers pour naviguer

 

Je dirai où se portent

Mes pas dans tes alentours

Et les braises que j’y éteins

Pour mieux consoler ce monde

Et pour l’apaiser j’y sème

Des souvenirs autant que j’en cache

 

Tu  es ma liberté ma voile

Avec toi je veux partir

Tu es ma liberté ma voile

Et que de mers pour naviguer

Un aghju manc’appena durmitu

Sentu qualcosa d’indefinitu

Eppo issa chjama m’hà feritu

L’oimè in casa s’hè fattu nidu

 

Lu mio core hè marturitu

Chì di lenzolu sì ingutuppatu

In una stonda sì partutu

O tù figliolu, u mio solu meritu

 

È ti ne sì andatu…

È ti ne sì andatu…

 

Mancu un addiu, ghjustu pienti è caternu

Ch’aghju lasciatu partendu à l’eternu

È tù o Bà, amore à sempiternu

Mi mandi basgi da distrughje l’infernu

 

Pettu di Babbu, senu di Mamma

Cari di voi, erate la mio fiamma

La mio anima è la mio brama

Si cunsumanu ind’una lacrima

 

Ma mi ne sò andatu…

Ma mi ne sò andatu…

 

Cum’e isse stele fiurite

A long’à isse strade indulite

Piengu accantu à isse sculpite

Ricordi di giovane vite

 

Ma dimmi perchè tù ?

È l’altri dinù ?

È ti ne sì andatu …

Yannick Gerin / Fabrice Andreani

 

Sans même un adieu

 

Je n’ai pas dormi un instant

Sentant quelque chose d’indéfinie

Lorsque cet appel m’a frappé

Le malheur est entré dans notre maison

 

Mon cœur est meurtri

Car tu es recouvert d’un linceul

En un instant tu es parti

Toi, mon fils, mon seul mérite

 

Et tu es parti

Et tu es parti

 

Sans même un adieu

Juste des pleurs et la souffrance

Que j’ai laissés en partant pour l’éternité

Et toi, mon père, que j’aimerais toujours

Tu m’envoies des baisers à détruire l’enfer

 

Vous me protégiez tant

Mes chers parents, vous étiez ma flamme

Chaque désir, mon âme même

Se consument dans une larme

 

Mais je suis parti

Mais je suis parti 

 

Comme ces stèles fleuries

Le long de ces routes endeuillées

Je pleure sur ces tombes

Souvenirs de jeunes vies

 

Mais dis-moi pourquoi toi ?

Et les autres aussi ?

Si dice chì lu mondu và,

À u rimore addurmentatu

Mà senza vede lu strazià,

Da li guai castigatu

 

Si dice di campà l’ideale 

Prufumatu da lu parè,

Ma u core solu ùn vale,

Chì volenu pensà per mè.

À mè quessa ùn mi cunvene

Hè una strada ch’ùn mi và

Chì vogliu inventà l’avvene

Apertu cù l’identità 

Si dice chì ci vole à crede

In quellu libbru, in quella croce,

Ma trà scimità è fede,

Si cunfondenu e voce.

Si dice di la nostra Terra

Ch’ùn sà più sparte lu so pane

Ch’ella ùn hè più ciò ch’ella era

Ma senza ella ùn ci hè dumane

Yannick Gerin / Fabrice Andreani

 

On dit 

 

On dit que le monde va

S’endormant à son bruit même

Mais on ne le voit pas à la peine

Et par les malheurs châtié

 

On prétend  vivre d’idéal

Au parfum du paraître

Mais le cœur seul ne peut rien

Car on veut penser pour moi

 

Tout cela ne me convient pas 

Et ce chemin ne me plait guère

Car je veux inventer un avenir

Sur l’identité grand ouvert

 

On dit qu’il nous faut croire

En ce livre, en cette croix

Mais entre folie et foi

Les voix se confondent parfois

 

On dit aussi de notre Terre

Qu’elle ne sait plus partager son pain

Qu’elle n’est plus ce qu’elle était

Mais sans elle que serait demain ?

U ti vogliu cantà ancu eiu

U versu di a mio canzona

Dì ti torna ciò ch’hè meu

Quandu ind’è mè u celu tona

Quandu s’appacia ogni feu

Hè omu quellu chì perdona

Sò di a terra ch’è tù sai

Quella ch’ùn si tace mai

Sò di a terra ch’è tù sai

Quella ch’hè meia oramai

U ti vogliu cuntà di core

Ciò chì mi corre in la vena

È quella fede ch’ùn si more

Quandu u core batte pena

Quand’elle ci fremenu l’ore

Si sparte focu è po cena

Marc Ventura / Fabrice Andreani

 

Je suis de la terre que tu sais

Je veux moi aussi te le chanter

Cet air de ma chanson

Te dire aussi ce qui est mien

Lorsque chez moi le ciel détonne

Lorsque s’apaise chaque faute

Est homme celui qui pardonne

 

Je suis de la terre que tu sais

Celle qui ne se tait jamais

Je suis de la terre que tu sais

Celle qui est mienne désormais

Je veux sincère te décrire

Tout ce qui passe dans mes veines

Et cette foi qui ne meurt pas

Lorsque le cœur est dans la peine

Lorsque tremblent nos heures

Que pain et feu l’on partage

Pè cunsula l’amore morte

Vengu à pichjà à le to porte

Pè dì ciò ch’o vogliu sparte

A strada chì ci vole pè parte

È po u prussimu veranu

Ch’eo t’arregu da luntanu

A mio voce ti torna à dì

U nostru mondu hè pè guarì

A mio voce ti torna à dì

A notte ùn hè ancu à finì

Pè ritruvà l’amore care

È a sete di l’acque chjare

Eiu rispondu à le to chjame

Appaciu tutte e nostre brame

È po in un pezzu di celu chjaru

Ci n’anderemu à core paru

A mio voce ti torna à dì

U nostru mondu hè pè guarì

A mio voce ti torna à dì

A notte ùn hè ancu à finì

Marc Ventura / Fabrice Andreani

 

Elle te redit

 

Pour consoler les amours mortes

Je m’en viens frapper à ta porte

Pour dire ce que je veux partager

Et le chemin par où partir

Et puis le printemps qui vient

Que je t’apporte de très loin

Ma voix te redit ainsi

Que notre monde sera bientôt guéri

Ma voix te redit ainsi

Que cette nuit n’est pas encore finie

Pour retrouver les chères amours 

Et la soif des eaux si claires

Je veux répondre à tes appels

Et apaiser tous nos désirs

Et puis vers un coin de ciel pur

Nous partirons d’un même cœur

 

Ma voix te redit ainsi

Que notre monde sera bientôt guéri

Ma voix te redit ainsi

Que cette nuit n’est pas encore finie

Trà di noi,

Si dà amore è spartera

Cù e mani tese,

Cunsolu risu è piacè

Trà di noi, 

Si squassa sempre a paura

Parolle offese, 

Rese mute pè andà bè

Trà di noi …

Trà di noi, 

Tanti pezzi di vita

Per mè, stonde muse, 

S’imbuleghjanu in mè

 

Trà di noi, 

Abbrecere è mani in spalla

Sò cum’è prumesse, 

Di dà un soffiu novu accantu à sè

Trà di noi …

Timpeste è tempu dulcina

Da sparte i sogni

Pè le sponde d’una leia

Trà di noi …

Yannick Gerin / Fabrice Andreani

 

Entre nous

 

Entre nous

L’amour est partagé

Les mains offertes

Dans les rires et le plaisir

Entre nous

La peur s’efface

Et l’offense des mots

Rendue ainsi muette

 

Entre nous

 

Entre nous

Tant de morceaux de vie

Et en moi ces instants muse

Qui se mêlent

Entre nous

Embrassades et accolades

Comme promesses

D’un nouveau souffle autour de soi

 

Entre nous

 

Tempêtes et temps douceur

Et partage des rêves

Pour atteindre ces rives de paix

Entre nous

Sò un figliolu innamuratu

Di tè, a mio terra

Ti mandu un aiutu, un abbracciata

 

Tutti i to pienti, i to dulori

Sò cum’è muti

Tanti lamenti chì so stati vani

 

Ti porghju a manu è a mio canzona

Chì sentu i to guai à mez’à a calmana

A mio libertà si chjama Corsica

 

Vogliu varcà i sunniacci

Di a mio terra

Tante cunfine chì sò ferite

 

Mi balla in core la filetta

A l’inspensata

Cum’è un sonniu di speranza

 

S’ellu hè peccatu di teneti cara

Tandu a sorte ùn hè troppu amara

A mio libertà si canta Corsica

Yannick Gerin / Fabrice Andreani

 

Le fils amoureux

Je suis un fils amoureux de toi, ô ma terre

Qui te viens en aide et qui te console

Tous tes pleurs, tes douleurs  sont comme muets

Tant de lamentations restées vaines

 

Je te tends la main et cette chanson

Car j’entends tes malheurs dans le calme apparent

Ma liberté s’appelle Corsica

 

Je veux ôter les mauvais rêves de ma terre

Tant de frontières et de blessures

Mais son parfum danse soudain en mon cœur

Comme un rêve d’espoir

 

S’il est un péché de t’aimer

Alors mon destin n’est pas si amer

Ma liberté s’appelle Corsica